La musique rend elle intelligent ?

La musique rend elle intelligent ?


Introduction : la musique possède des liens avec le développement du cerveau. En effetqu'il s'agisse de la pratique d'un instrument ou de l'écoute de certaine musique, la musique nous rend plus intelligent. Nous aborderons dans un premier temps les effets de la pratique de la musique, puis nous finirons par étudier les répercussion de l'écoute de la musique sur notre cerveau notamment à travers l'étude de l'effet Mozart.

  1. La pratique de la musique 
  • Effets sur la mémoire 

La musique augmente la mémoire lorsqu'on est musicien. Des chercheurs chinois ont en effet réalisé des tests : les enfants qui jouaient du piano avaient de biens meilleurs résultats que les autres enfants et avaient egalement une meilleure mémoire verbale ( retenir les mots plus vite entre autres..)

             

  • Effets sur le quotien intellectuel 

Des chercheurs américains ont offert différents cours à des enfants ( musique, théâtre, ou rien). Les enfants qui avaient bénéficié des cours de piano ont montré un Quotient Intellectuel plus élevé. A la fin de 6 ans de pratique, les enfants ont gagné 7,5 points de QI.

Voici un exemple de personne intelligente pratiquant la musique:

La musique sollicite simultanément une foule de régions cérébrales. Un grand nombre de connexions intervient lors de l'interpretation d'un morceau. Les yeux permettent l'obtention de signaux codés aux aires visuelles qui vont les dechiffrer. Ce langage arrive vers les aires motrices des mains droites et gauches. Par l’entraînement, ces aires ont appris à traduire ces signaux en une série de gestes. Les aires motrices peuvent calculer avec précision leur déplacement sur l’instrument et surtout coordonner les mouvements des mains. De plus le rythme peut être très soutenu : les grands virtuoses produisent jusqu’à mille notes par minute.

Cependant c’est l’entraînement musicale qui façonne le cerveau de l’artiste. Selon une étude de Aude Hauser-Mottier (physiothérapeute et pianiste) , le cerveau d’un grand musicien a un corps calleux dont le volume dépasse de 20% celui d’un non-musicien. Le corps calleux est situé entre les deux hémisphères, et  facilite la synchronisation entre le cerveau droit qui contrôle la main gauche et le cerveau gauche qui contrôle la main droite.Ce corps calleux se developpe avec les années de pratique, en fabriquant de nouveaux neurones et en multipliant leurs connexions. A noter qu'il est plus intéressant d'apprendre à jouer d'un instrument en étant enfant car le cerveau n'est pas encore entierement développé.

 

Les circuits cérébraux développés par la pratique permettent des améliorations dans d'autres domaines ( dextérité avec les outils, attention en cours, mémoire verbale …).

En effet, grace a une recherche effectué en 2005, des chercheurs ont prouvé que des enfants musiciens avaient plus de facilité dans l apprentissage de listes de mots, mais aussi dans la resolution de problemes mathematiques. Dans le domaine du langage, les musiciens ont également plus de facilités. L’émission E=M6 diffusée le 05/09/2010, estime que ces deux activités développent des compétences extrêmement proches. Il faut mémoriser des sons particuliers et les organiser selon des règles précises. Les deux domaines demandent la mémorisation des variations de rythmes et d’intonation.

Pour le prouver, une étude a été réalisée par Mireille Besson de l’institut de neuroscience cognitive de Marseille. Elle a soumis des enfants de 8 ans à un test de lecture consistant à lire un texte inconnu à voix haute et le plus rapidement possible. Pendant les 6 mois suivant, la moitié ont reçu une formation musicale, les autres, un atelier peinture. Selon les résultat, les "musiciens" avaient faits de plus gros progrès en lecture que les "peintres". Aussi ont-ils été plus rapides pour déchiffrer des mots réputés difficile tels que "chewing-gum", "taureau", ou "déchanter". Mireille Besson explique que les difficultés de lecture viennent

souvent d’un défaut de perception des sons. S’ils n’ont pas réussis à capter parfaitement la prononciation de ces mots, ils auront d’autant plus de mal à les reconnaitre à l’écrit et à les dire ensuite.

Ecouter Mozart, à quoi ça sert ?

L’idée selon laquelle la musique influence le comportement de l’homme est reconnue de tous. Une marche bien rythmée comme celle de Sousa encourageait les moins braves à aller au front. Tous les genres de musique ont leur effet : musique de jazz, d’église, de danse, etc. La plupart du temps, ces types de musique s’adressent au cerveau limbique. Si l’on reconnaît que la musique a un effet sur les comportements humains, les sentiments, les attitudes et la motivation, on serait cependant sceptique quant à un effet sur le raisonnement. Pourtant des chercheurs du " Center for the Neurobiology of Learning and Memory " de l’Université de Californie à Irvine, ont vérifié l’effet de la musique de Mozart sur le raisonnement.

Recherche sur l’effet neurophysiologique Mozart

Dans une première étude, les chercheurs de ce centre, Frances H. Rausher, Gordon L. Shaw et leurs collègues ont soumis 36 collégiens à trois conditions expérimentales d’une durée de dix minutes chacune :

1. écouter la sonate pour deux pianos en ré majeur, K.448 de Mozart;

2. écouter une cassette audio donnant des consignes de relaxation

3. demeurer en silence.

Dans les 15 minutes qui suivaient ces trois conditions expérimentales, les collégiens étaient soumis à un test de raisonnement.

 

 

 

Les scores moyens obtenus ont été convertis en QI. Le groupe Mozart a obtenu un QI de 119 alors que les groupes de relaxation et silence ont eu un résultat de 111 et 110. L’analyse des statistiques après chacun des 3 tests a révélé que les étudiants du groupe Mozart avaient de meilleures performances aux tests de raisonnement. La performance intellectuelle du groupe Mozart diffère de celle des deux autres groupes, relaxation et silence. Les performances des deux autres ne diffèrent pas l’une de l’autre. L’effet Mozart mesuré dans cette recherche est l’effet produit par la sonate dans les 15 minutes qui suivaient l’audition de dix minutes.

Visualisation de la musique de Mozart

Selon les auteurs de ces recherches, l’écoute de la musique de Mozart contribue au renforcement des processus créatifs, de l’hémisphère droit du cortex,  associés au raisonnement spatio-temporel. Écouter Mozart faciliterait la concentration et la pensée intuitive. Selon ces chercheurs, la musique de Mozart "réchauffe" le cerveau parce qu’elle est une musique complexe et qui a un effet sur les configurations neurologiques complexes impliquées dans les activités cérébrales, telles que les mathématiques et les parties d’échecs. D’après les effets neurophysiologiques notés, les auteurs voient une similitude entre la disposition des cellules nerveuses en colonnes dans le cortex cérébral, et l’architecture de la musique de Mozart. La complexité de la musique de Mozart a été illustrée en spectrogrammes par Alfred Tomatis qui les a publiés dans son essai "Pourquoi Mozart ?". La musique de Mozart est accessible pour tous alors que les compositeurs comme Beethoven ou Bach nécessitent une certaine éducation musicale

pour décoder leurs mécanismes.Ecouter Mozart permettrait donc d’augmenter notre QI. Néanmoins, la pluspart des spécialistes sont plus mesuré,et s'accordent à dire que  le QI n’augmente que durant un court laps de temps et que seule la pratique continue dans le temps d’un instrument modifie durablement la proportion du volume de notre cerveau.

 

Revenir à la partie précédente / Aller à la conclusion

 


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×